L’enfant qui bégayait

Cela fait plusieurs mois que l’on s’interrogeait sur la nécessité de faire faire un bilan à Little B avec un orthophoniste. Plusieurs mois que son entourage et notre pédiatre nous répondait qu’il était trop tôt. Qu’il fallait attendre.

Notre Little B s’est mis à bégayer depuis un an. Depuis la naissance de son petit frère en réalité. Au départ, nous nous sommes dit que cela allait passer. Mais le temps s’est écoulé et son bégaiement ne s’est pas amélioré. Il est léger pour tout vous dire. A peine audible certains jours. Très présent d’autres fois, quand notre loulou est fatigué ou quand son émotivité prend le dessus.

En septembre, nous avons pris la décision de laisser passer la rentrée et son acclimatation à sa nouvelle école. Mais à l’approche des vacances de Toussaint, le phénomène n’ayant pas évolué, nous avons fait un bilan et lancé un suivi pour l’aider. Je ne rentrerai pas dans les détails ici, mais je vous en parle parce qu’il me parait essentiel de savoir 2/3 p’tites choses si vous avez un enfant « qui bloque » comme le dit tendrement mon Little B :

  • Au-delà de 6 mois, on parle d’un bégaiement installé.
  • Contrairement à ce que l’on entend, un bégaiement (lié à l’émotivité ou pas, fort ou faible) ne passera pas tout seul. Un enfant sur 4 le conservera à l’âge adulte. Mieux vaut donc le prendre en charge le plus tôt possible pour lui donner toutes ses chances.
  • Dire à un enfant qui bloque « respire, prends ton temps » ne l’aide pas, au contraire. Pour l’aider, mieux vaut lui donner le mot si vous l’avez deviné.
  • Il n’y a pas d’âge pour commencer une prise en charge. Plus tôt c’est, mieux c’est.

> Pour ceux qui voudraient aller plus loin, je vous renvoie vers ce document très bien fait de l’Association Parole Bégaiement.

IMGP1590

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’enfant qui bégayait »

  1. J’espère qu’à force de travail et de soutien votre fils arrivera à parler sans bégayer.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.