Histoire de périnée

Depuis quelques semaines, je répète régulièrement à mon entourage « je ne peux pas, j’ai sage-femme ». Cela intrigue. Quelques-uns ont compris, d’autres ont cru interpréter, d’autres encore m’ont carrément interrogé : « Tu remets ça ? ». Pour que les choses soient plus claires, disons que le bébé dont je prends soin cette fois a un prénom tout trouvé : périnée (humm, je te vends du rêve là) !

La rééducation périnéale, c’est un passage obligé après un accouchement. Mais autant vous dire qu’après 9 mois d’opération « porte ouverte » et un final en apothéose, l’envie de remettre ça pour 10 séances en moyenne n’est pas vraiment au rendez-vous. C’est donc très peu motivée que je m’étais attelée à cette corvée tâche après la naissance de Little B. Et j’avoue avoir rapidement laissé tomber (oui, vous pouvez me jeter des pierres).

J’avais opté pour la méthode par sonde chez un kinésithérapeute. Seulement bébé hurlait à chaque fois que je passais la porte et ne s’arrêtait que lorsque je sortais (véridique !). Dans ces conditions, difficile de se concentrer sur les exercices dictés par l’ordinateur.

Seulement voilà, deux ans après, j’ai amèrement regretté mon manque de persévérance. Disons que la grossesse du Petit Prince m’a passée l’envie de faire une nouvelle impasse sur la rééducation périnéale. J’étais devenue la femme à fuites (glamour, hein ?). J’étais tellement motivée par cette sympathique expérience que j’ai pris un rendez-vous médical spécifique pour récupérer l’ordonnance que la maternité avait oublié (je suis peut-être un peu folle en fait ;-)).

Ensuite, j’ai attendu que le Petit Prince ait 10 mois pour prendre rendez-vous. J’ai surtout attendue d’être moins fatiguée et plus disponible. Et cette fois, j’ai appelé une sage-femme pour tenter la méthode manuelle, qui passe par de la visualisation. Banco !

Elle a dû sentir l’anguille qui sommeille en moi, puisqu’elle a calé d’office sur son agenda mes 10 séances, pour être certaine que je ne lui fasse pas faux bond avant la fin. Impossible d’y échapper. Ceci dit, fermer des ponts levis, baisser des herses, soulever une montgolfière ou encore faire rouler des vagues s’avèrent moins désagréable que redouté (là, les néophytes se demandent si je rééduque mon périnée ou si un burn out maternel a eu définitivement raison de moi).

Au-delà de la simple rééducation, ces séances me permettent de prendre un peu de temps pour moi et de me poser, dans une période un peu compliquée et cela ne fait jamais de mal. C’est aussi l’occasion d’échanger avec ma sage-femme et de prendre conscience de certaines choses, comme mon rituel pain/pâte à tartiner le matin. Ou encore le fait que je ne prenne jamais le temps d’aller aux toilettes le soir, entre le moment où je récupère les enfants et le moment où je les couche. C’est un truc de femme, et ça fait des dégâts ! C’est enfin l’occasion de prendre vraiment conscience de certaines parties de mon corps et d’avoir des clés pour prendre soin de lui sur le long terme.

Alors j’avoue, c’est fastidieux parce qu’il y a des exercices à faire à la maison et que je ne trouve pas toujours le temps pour. Mais je ne regrette vraiment pas de ne pas avoir fait l’impasse cette fois. Parce que je ne suis pas qu’une maman, je pense que mon corps me remerciera.

Edit : attention, pour celles qui ne le sauraient pas encore, on ne reprend pas le sport tant qu’on n’a pas fait sa rééducation périnéale.

IMG_20140815_230146

Publicités

17 réflexions au sujet de « Histoire de périnée »

      1. Alors désolée, j’ai géré mes commentaires depuis mon smartphone ces deux derniers jours et il n’apparaissait pas. Du coup, je viens d’ouvrir le blog depuis mon ordinateur et il était dans la rubrique en attente. Je viens donc de le valider. Désolée pour ce contre-temps et merci de me l’avoir signalé parce qu’il serait passé à la trappe.

        J'aime

  1. Coucou,
    C’est important la rééducation périnéale. Il faut « re-muscler » l’intérieur, c’est nécessaire pour notre future bonne santé. Les fuites urinaires en vieillissant, par exemple, c’est pas que pour les autres…. On s’en fiche à 30 ans et on le regrette à 60 ans si on a rien fait !
    Se créer un tabou de la rééducation s’apparente un peu à de la bêtise. Nous avons la chance dans notre pays d’être prise en charge pour cela, autant en profiter.
    Bonne rééducation alors !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci :-). Chez moi, c’était surtout de la flemme, plus qu’un tabou. Mais je ne regrette vraiment pas de m’être prise en main sur ce plan cette fois, parce qu’effectivement, je suis persuadée que c’est important.

      J'aime

  2. SAV Maternité bonjour. Il ne faut pas négliger la rééduc du périnée. Même en l’ayant scrupuleusement suivie après la naissance du Lutin il a fallu que je recommence 3 ans plus tard. Me voilà l’heureuse propriétaire d’un appareil d’électrostimulation prescrit par le gynéco !

    Aimé par 1 personne

      1. Oh oui moi ma sage femme m’a même dis que malgré l’avis de mon gyné j’aurais du le faire ne sais ton jamais pour plus tard

        J'aime

  3. Super article, par contre si je puis me permettre, ce n’est pas un passage obligatoire; comme pour la grossesse et l’accouchement nous ne sommes pas toutes égale devant ce dernier opus qui va clore le chapitre grossesse. C’est le rdv post-partum avec un professionnel (sf ou gynéco ou les deux) qui va déterminer les besoins et nécessités de tout un chacune 😉
    Pour ma part je n’ai pas eu de séances de rééducation, mon périnée était resté très tonique (plus que certaines nullipare dixit la doc), bébé en siège et césarienne on peut être aussi évité le pire, toujours est il que j’ai été dispensé de rééducation du périnée. Mon accouchement date d’il y a bientot 15 mois je n’ai jamais eu la moindre fuite.

    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour ce petit article glamour 😁 je suis en pleine réflexion sur quand et comment faire ma rééducation. C’est la corvée mais je fais le faire. Ma 1ere grossesse avait déjà fait des dégâts et là la 2eme n’a pas dû être plus tendre!
    Petite question : qui est ta sage femme ?
    Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.