Seule avec eux

J’ai la chance de ne pas être une maman solo. L’homme est d’ailleurs un papa très présent. Seulement il a aussi un travail qui l’occupe beaucoup. Il n’est pas forcément en déplacement, mais il lui arrive souvent de partir très tôt le matin et de rentrer bien après 22 heures le soir. Les garçons peuvent ainsi ne pas le voir pendant deux jours de rang. Et moi, je joue les mamans solos, suivant les périodes, une à deux fois par semaine en moyenne. Parfois plus. Parfois moins.

Je ne vais pas vous mentir, les premiers temps, lorsque le Petit Prince était encore un nourrisson, ces journées-là étaient un pur enfer. Mais bébé a grandi, Little B a gagné en autonomie et les choses deviennent un peu plus simples.

Mes soirées solos se déroulent généralement au pas de course, parce que je récupère les garçons, tour à tour à 18h à l’école, puis à 18h20 à la crèche. Et le temps que nous rentrions à la maison, à pied évidemment, il est 18h45. Il faut ensuite enchaîner la douche du grand, le bain du petit, puis le biberon du Petit Prince et son coucher, suivi du repas de Little B. Puis le brossage de dents, l’histoire du soir et l’extinction des feux à 20h30 généralement pour le grand. Dans la réalité, il est plus généralement 20h45. Et ensuite bien sûr, il y a l’intendance de la maison.

Là où les choses se corsent, c’est lorsque l’homme est absent le matin. Parce que je travaille jusqu’à 7 heures. Il faut ensuite avaler un p’tit déjeuner et courir sous la douche pour être prête avant 7h30. Puis j’ai une heure exactement pour lever les garçons, les habiller, leur faire prendre leur petit déjeuner, brosser les dents et partir à l’école. Si nous passons la porte après 8h30, nous sommes en retard. Et bien sûr, c’est souvent ces matins là que le Petit Prince refuse de déjeuner, remplit sa couche ou me renvoie son biberon à 8h25. Résultat, lorsque je passe la porte de l’école, je donne généralement l’impression de franchir la ligne d’arrivée du marathon de New-York.

Vendredi matin dernier, l’homme est parti à 5 heures pour Paris. Et nous devions être à l’école un quart d’heure plus tôt pour cause de sortie scolaire. Je vous laisse imaginer le résultat…

C’est désormais officiel : la maîtresse de Little B et son Assmat me prennent définitivement pour une folle furieuse !

IMGP9625

Publicités