Lettre à une nullipare

(échange de mère à futurs parents)

Chère nullipare, toi qui n’a pas encore sauté dans le grand bain de la parentalité, mais qui t’apprêtes à le faire incessamment sous peu, voici ce que j’aimerais te dire. Tu vas recevoir énormément de conseils. De ta meilleure amie Chloé, de Papi Raymond, de ta petite maman d’amour, de Tata Josette, de ta voisine de palier détestée, de ton chef de service et peut-être même de ton boucher. Tous auront un petit mot à te dire, une anecdote à te confier, un avis à partager et bien entendu un conseil à appliquer. Seulement voilà chère nullipare, si tu ne devais en retenir qu’un seul, ce serait à n’en pas douter celui-ci :

« N’écoute pas les conseils des autres ».

En langage plus clair cela signifie de te faire confiance. De faire comme tu le sens, à partir du moment où, évidemment, tu fais de ton mieux et que tu respectes les règles de sécurité élémentaires :

  • un enfant dort sur le dos sur un matelas ferme sans rien autour qui pourrait entraver sa respiration (couverture/coussin/peluche…)
  • un bébé n’est JAMAIS laissé seul sur une table à langer ou dans son bain. JAMAIS.

Pour le reste, voici ce que tous ces gens bien intentionnés ne te diront peut-être pas.

Un bébé, c’est du bonheur. Mais ce sont aussi des moments difficiles. Des nuits sans sommeil, des pleurs, du vomi parfois, des cafés froids, des repas hachés, des douches express. Il y a des bébés pour qui les premières semaines de vie sont plus ou moins simples. Ce n’est pas toujours évident, mais la bonne nouvelle c’est que cela ne dure pas et que l’on finit toujours par voir le bout du tunnel. En attendant, si tu sombres, appelle à l’aide. C’est humain et impératif parfois. Cela ne peut faire de toi qu’un meilleur parent.

Tu vas te planter. Ne te vexe pas, c’est comme ça. Le parent parfait n’existe pas et tu perdrais inutilement ton temps à essayer d’atteindre ce Graal qu’est la perfection. Fais du mieux que tu peux, c’est tout ce qui compte.

Ce n’est pas mieux chez les autres. L’enfant parfait n’existe pas non plus. Ils ont tous leur truc (sommeil, propreté, repas…). Et si la maman d’à côté te dit que pour elle, tout est absolument FA-BU-LEUX, c’est qu’elle est bonne comédienne.

Ce que je ne te dirai pas en revanche, c’est de :

  • Dormir. Si on pouvait stocker des heures de sommeil, cela se saurait. Et puis, tous les enfants ne sont pas des empêcheurs de tourner dormir en rond.
  • Faire la fête. Parce que si tu le veux, tu continueras à faire la fête. Tu t’organiseras juste différemment. Tu oublieras l’improvisation.
  • Voyager. Tout est là encore une question d’organisation mais rien n’interdit de voyager avec des enfants. Bien au contraire.

Voilà chère nullipare. J’ajoute pour finir que tu es à l’aube d’une belle aventure. Parfois difficile, souvent pleine de peps, à coup sûr remplie d’amour ! Are you ready for life ?

IMG_20140921_225156

Publicités

5 réflexions au sujet de « Lettre à une nullipare »

    1. Pour tout te dire, ce papier fait suite à l’annonce d’un couple d’amis qui attendent un heureux évènement. Ils m’ont dit « alors, vous allez avoir plein de conseils pour nous » et j’ai botté en touche en pensant à toi ;-). Je leur ai dit que le meilleur des conseils, c’est de ne pas écouter les conseils. Mais après, ils savent qu’on en a un peu bavé.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.