B, œdipe, (son père) et moi

IMGP4887

Œdipe mon amour… ça continue ! Ou plutôt, cela s’accentue. B était particulièrement collé à moi durant ma grossesse mais j’avais mis cela sur le compte de son changement de statut. D’enfant unique, il devenait grand frère. Seulement depuis j’ai accouché, le petit prince a bien poussé… Et B ne change pas ! Cet enfant est ma troisième jambe. Et il ne s’agit pas ici seulement d’une image. Tout cela prête à sourire et n’est en soi pas bien grave. Le seul hic ici, c’est que cette crise œdipienne s’accompagne depuis peu d’un vrai rejet de son papa. Et pour ce dernier, c’est dur dur.

Pour vous donner un simple exemple : la semaine dernière je me suis absentée l’espace d’une journée pour assister à Paris au #efluentmums3 (dont je vous parle très vite). Réaction de l’enfant maudit chéri : une heure de complainte dans les oreilles de son paternel parce qu’il voulait Maaaamaaann. Et quand je demande gentiment à ce chérubin pourquoi il mène actuellement la vie si dure à son papa, c’est un cri du cœur : « mais parce que je t’aime ! »… Voilà, voilà !

Seule maman peut donner la douche, lire l’histoire du soir, essuyer des fesses, jouer, donner à manger, faire des câlins… Du moins, dans sa vie rêvée. Dans la réalité, maman ne se rend pas toujours disponible et petit bonhomme apprend à composer avec papa.

Je lui rappelle aussi que son papa est mon amoureux et lui, mon fils. Et j’essaie de m’effacer pour leur laisser quelques moments rien qu’à eux. Des tête-à-tête précieux. Dimanche matin, ils iront ainsi au cinéma entre mecs. Cela suffit-il ? On verra… Mais j’aimerais sincèrement qu’il retrouve sa complicité avec celui qu’il appelait encore il y a peu son « petit papa d’amour ».

Publicités

3 réflexions au sujet de « B, œdipe, (son père) et moi »

  1. c’est dur dur tout ça… c’est mignon pour nous, comme tu dis ça prête à sourire, et puis ça touche nos coeurs de mamans mais c’est aussi pesant pour les papas et pas simple pour sa vie de couple…
    (ici il se met entre nous quand on se fait un câlin, il hurle s’il voit son père m’approcher… mais quand Papa est en déplacement, il le réclame… Moi pas comprendre…)

    J'aime

  2. J’adore son cri du cœur « mais parce que je t’aime ! » c’est trop mignon (ou énervant suivant de quel côté on se place)

    J'aime

Les commentaires sont fermés.