Materner ou travailler : faut-il choisir ?

IMG_20141007_134532Un papier fourre-tout aujourd’hui qui tient plus de la réflexion que de la certitude. Parce que je m’interroge. Une femme peut-elle faire carrière lorsqu’elle a des enfants ? Il y a encore quelques années, voire même quelques mois, je vous aurais répondu oui sans vaciller. Mais le temps passe, les réflexions pleuvent… Et je doute.

D’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours imaginée en working-girl. Dans ce plan de carrière, les enfants ne viendraient pas forcément, ou du moins pas dans un premier temps. Et puis j’ai rencontré l’homme. MON homme. On s’est installé et au bout de quelques années, les envies de maternité m’ont rattrapée. Seulement, à la naissance de B, je n’avais pas imaginé que c’est toute ma vie professionnelle qu’il faudrait revoir.

Il y a deux ans, l’homme a eu une belle opportunité qui impliquait pour moi de quitter un confortable CDI pour prendre mon envol en tant qu’indépendante. Un véritable défi. Mais un choix que je ne regrette pas une seconde. Il implique quelques sacrifices, c’est certain. Mais il me permet d’être beaucoup plus présente auprès de mes enfants. Aucun employeur n’aurait ainsi accepté que je m’absente si souvent ces trois dernières années pour B et ses problèmes de santé. Cela me permet également depuis septembre de prendre tous mes mercredis pour m’occuper de mes garçons.

Cette souplesse est un véritable luxe, mais il semblerait que pour certains, ce ne soit jamais assez. Je pense à ma pédiatre par exemple, qui a refusé de signer le certificat d’aptitude à la collectivité du petit prince. Elle m’estime inconsciente de le mettre en collectivité avant ses quatre mois et m’a clairement fait savoir qu’il fallait choisir entre materner ou travailler.

Je pense également à l’entourage, qui ne comprend pas parfois que B reste à la garderie jusqu’à 18 heures, quatre soirs par semaine, et qui semble incrédule quand je réponds que j’ai besoin de ce temps pour travailler. Je pense à tous ceux qui m’ont déjà demandé pourquoi j’avais besoin d’un mode de garde pour mes enfants, puisque je bosse essentiellement à mon domicile. A ceux qui m’envient quand vient le temps des vacances scolaires, parce que je vais profiter de mes bout’choux, et qui omettent que je doive jongler entre clients et enfants, en essayant de ne léser personne, souvent au détriment de mon temps de sommeil.

J’aime mon travail, même si ce n’est pas toujours simple. J’aime ma vie et je ne crois pas que mes enfants souffrent du rythme que nous leur imposons. Mais il y a des jours, où sous le poids des réflexions, je doute. Materner ou travailler… Doit-on forcément choisir ?

Publicités

22 réflexions au sujet de « Materner ou travailler : faut-il choisir ? »

  1. Personnellement je pense qu’il ne faut pas que tu écoute ce que disent ou penses les gens, il faut savoir qu’avant d’être une mère ou une travailleuse indépendante tu es avant tout une personne qui a des envies et des choix. Si les choix que tu as fait te conviennent, c’est cela l’important. Laisse les autres penser et dire ce qu’ils veulent. On a qu’une vie et je pense qu’il faut la rythmer selon ses propres envies et ses propres convictions. Personnellement je t’admire d’arriver à concïlier ta vie d’indépendante, de mère et de femme, surtout quand on voit comment tes deux petits mecs sont superbement élevés et ni ton mari ni eux ne semblent souffrir de ton statut. Les gens qui disent ceci ne sont pas dans ta vie, dans ta situation et par conséquent ne pourrons jamais comprendre même si tu leur explique.Alors, vie ta vie comme tu l’entend et envoyer les tous chi– (gentillement j’entend!!).

    J'aime

  2. Comme je te comprends !!! Pour ma part difficile de jongler aussi mais j’entends plutôt des réflexions du genre mais comment tu fais pour rester chez toi et t’occuper tout le temps des enfants car la plupart des mamans que je connais préfèrent retourner bosser à l’extérieur. J’entends aussi que de trop les garder va les rendre inaptes à une future vvie en collectivité. Perso, je suis contente de mes choix et mes enfants ont l’air épanouis donc j’assume ! Ne te tracasse pas trop de ce que pensent les gens, l’essentiel c’est ta famille et ton épanouissement perso 🙂

    J'aime

  3. Punaise mais change de pédiatre ! Quelle honte, de quoi elle se mêle ? En tant qu’indépendant les gens pense qu’on fait ce qu’on veut… lol genre si on bosse pas c’est pas grave comme si l’argent tombait du ciel !!! Moi aussi je laisse mon fils à la garderie jusqu’à 18h tous les soirs et même 12h30 le mercredi pourtant je suis indépendante…

    J'aime

    1. Le concept d’indépendant est parfois compliqué pour certains ;-). Mais je pense très sérieusement à changer de pédiatre, d’autant que ce n’est pas la première fois que je m’accroche avec elle !

      J'aime

  4. Maman Chérie dit que tu es une super professionnelle et une super maman et que personne pourra t’enlever ces deux qualités… pour le reste, laisse les gens parler (j’adore les gens qui croient que tu peux travailler en ayant un bébé dans les pattes!! qu’ils essaient rien qu’une journée…)… et trouve une autre pédiatre !!!!! 😉 plein de bisous de nous trois et à très vite !

    J'aime

  5. tu te prends trop la tête, personne n’a à te dire ce qui est bien ou pas pour ta vie professionnelle et tes enfants, toi seule est maître de ton destin, la vie passe vite, profite de chaque moment, tu as d’ailleurs bien structuré les 2. Alors écoute pas ce que dise et pense les autres.

    J'aime

  6. Looongue histoire chez moi!
    J’ai travaillé jusqu’aux 1 an de n°3.
    Puis, j’en ai eu assez, assez d’avoir l’impression de ne pas aller assez loin dans mon boulot (je suis du genre à aimer faire des heures sup pour vérifier que tout est bien fait selon mes standards, à adorer bosser), et assez d’avoir l’impression de ne pas passer assez de temps avec les enfants. Pourtant, j’avais pris un 80% et allais les chercher tous les jours à l’école.
    Aujourd’hui, j’ai donné la priorité au maternage. Je ne le regrette pas du tout, la vie à la maison est moins speed, j’ai plus de temps pour écouter les enfants, gérer les devoirs… J’en ai 4, maintenant!
    Mais j’ai aussi mis en place une activité libérale, à mi-temps. Histoire de garder un pied dans le tempo, de parler d’autre chose que des couches et des repas, et parce que j’en ai besoin.
    Je souffre parfois un peu du manque de reconnaissance, mais au final, j’aime ma vie comme ça et je sais que, quand mes petits seront plus grands, je reprendrai mon ancien boulot à plein temps.
    Je me dis qu’il y a dans la vie des phases et qu’il faut suivre son envie sans régle pré-établies, selon ce qui est bon pour soi et sa famille, à l’instant T.
    Et tant pis pour les esprits chagrins qui savent mieux que tout le monde ce qui est bien et jugent sans savoir!

    Aimé par 1 personne

  7. tu sais les gens auront toujours quelque chose à dire quoique tu fasses…
    On m’a bien déjà dit qu’on ne comprenais pas que je puisse m’arrêter de travailler pour garder mes enfants…
    Par contre je comprends comme ça doit être dur de jongler quand on est à la maison !

    J'aime

    1. Une réflexion pareil me scotche !! C’est vrai qu’il y en a qui ont toujours quelque chose à dire de toute façon. Avec la fatigue, c’est juste parfois un peu plus dur de faire la sourde oreille.

      J'aime

  8. Dans le même bâteau, j’ai attendu que mes enfants soient plus grands pour oser me lancer … je ne regrette absolument pas ce « trou » dans mon CV mais je sais aussi que j’aurais pu jongler comme je le fais aujourd’hui .. et peut-être alors j’aurais été plus épanouie de pouvoir concilier les deux … plutôt que de mettre entre parenthèse ma vie pro … alors oui c’est difficile, oui expliquer un boulot à la maison, je crois que c’est encore + dur que d’expliquer etre mère au foyer (mais les mères au foyer elles ont encore moins droit à etre aider pour des modes de garde ou autre … alors que bon, une ou 2 matinées par semaine en halte garderie ça fait autant de bien à la maman qu’au bébé, foi d’ex maman au foyer 😉 Parfois je me dis que lorsque je bosse à la maison je me rend peut etre justement trop disponible, et que si moi je ne cloisonne pas assez, comment les autres peuvent comprendre que je doive cloisonner ? … peut etre devons nous nous imposer + dans des horaires strictes de bureau quitte à prendre la voix d’une secrétaire en dehors de ces heures 😉

    J'aime

  9. ne te pends pas la tête avec des concepts ! Dans la vraie vie, tu es déjà une working mum puisque tu bosses et que tu as deux merveilleux petits mecs ! tu ne seras pas une mère parfaite parce que de toutes façons, ça n’existe pas ! et tu n’auras pas de réflexion de ton boss puisque TU es ta propre boss, donc arrêtes de cogiter et profites de chaque moment au boulot et à la maison.

    J'aime

  10. Je pense que ça dépend de ce que tu entends par « materner ». Si c’est être 100% disponible pour ses enfants, tous les jours 24h sur 24, alors là, oui malheureusement, il faut choisir. Après, on a toujours l’impression de ne jamais en faire assez, quoi qu’on fasse d’ailleurs !
    Ça me fait mal au cœur de partir bosser en la laissant 9h par jour à la crèche, j’aimerais mille fois mieux rester avec elle tout le temps. Malgré tout, je ne peux que constater qu’elle n’est pas malheureuse à la crèche, qu’elle fait des progrès et qu’elle a un rythme meilleur les WE maintenant.

    J'aime

    1. J’entendais par materner, être maman. Mais si c’est maternage, je suis d’accord, il faut s’arrêter. C’est un luxe que je ne peux me permettre, mais je crois que cela m’aurait plu. C’est peut-être ça le problème d’ailleurs ;-).

      J'aime

  11. Ce sujet me parle comme tu le sais, et je dirai que le statut d’indépendant est justement parfait pour materner ET travailler. Alors oui parfois au détriment du sommeil, mais franchement je suis contente comme toi d’aller chercher mon fils tous les soirs chez la nounou quitte à reprendre le travail une fois qu’il est couché. J’ai les mêmes réflexions que toi et en même temps je ne changerai rien de ce rythme qui me semble parfait pour avoir des enfants 🙂

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.