Reflux : tout ce qu’il faut savoir

Trois petites lettres qui nous ont pourri la vie… RGO ! Comprenez ici Reflux Gastro Œsophagien. Trois petites lettres à qui nous disons enfin au revoir ! Après 15 mois d’enfer, B. semble avoir définitivement tourné la page.

Un RGO, cela veut dire que la nourriture qu’avale votre enfant fait le yoyo dans son œsophage jusqu’au repas suivant. Et quand l’estomac est vide, c’est le contenu acide de ce dernier qui remonte dans l’œsophage. C’est assez courant chez les nourrissons mais son diagnostic n’est pas toujours évident. Et le plus souvent, un RGO disparaît vers 10-12 mois ou vers l’âge de la marche.

>> Les symptômes :

–       Des régurgitations ou vomissements en jet. A distinguer ici des simples régurgitations du nourrisson, qui sont généralement sans douleur et sans odeur car le lait n’est pas encore passé dans les voies digestives et n’a pas l’aspect du lait caillé. Ici, on ne remerciera jamais assez B. qui a déversé un biberon complet sur la tête d’une aide-soignante le matin de notre départ de la maternité. En trois jours, nous n’avions pas réussi à nous faire entendre. En trois secondes, il l’a convaincue.

–       Des douleurs entre les biberons et lors de la prise des repas.

Le reflux est parfois confondu avec des crises de coliques du nourrisson (également fréquentes et douloureuses) lorsque ce dernier est interne et qu’il n’y a pas de régurgitations ou de vomissements. Ce qui explique un diagnostic parfois difficile.

Bon à savoir : un RGO se déclare parfois quelques mois après la naissance, lorsque le sphincter œsophagien, clapet situé à la jonction de l’œsophage et de l’estomac, ne grandit pas suffisamment vite. Chez B., les crises de vomissements ont débuté lorsqu’il avait 6 mois. Mais on pense qu’il souffrait auparavant d’un reflux interne.

>> Les conséquences :

Dans de rares cas, un RGO peut entraîner certaines complications :

–       Une œsophagite, ou inflammation de l’œsophage. A la fin, B. souffrait tellement qu’il pleurait à la seule vue d’un aliment, d’une assiette ou d’un couvert qui annonçait qu’il allait manger et refusait d’avaler plus d’une ou deux cuillères, quel que soit le menu.

–       Des atteintes ORL à répétition (otites et laryngites).

–       Plus rarement, des atteintes pulmonaires (aggravation d’un asthme) ou des malaises graves du nourrisson.

>> Le traitement :

Quelques gestes simples doivent être adoptés : éviter de donner de trop gros biberon, faire une ou des pauses lors des repas, éviter le transat après un repas – privilégier l’écharpe de portage ou les bras, éviter de fumer en sa présence.

Il y a également un certain nombre de traitements pour accélérer la vidange de l’estomac (Motilium, Primperan…etc) ou des gels pour le tapisser (Polysilane, Gaviscon… etc.). En cas de reflux douloureux, le médecin peut également prescrire un médicament qui supprime l’acidité de l’estomac (Inexium, Mopral…etc.) mais ils ne peuvent être administrés que sur de courtes périodes.

>> Les causes :

Le RGO est souvent dû à une immaturité de l’estomac et passe de lui-même vers 10-12 mois ou vers l’âge de la marche.

En cas de RGO persistant, il faut évoquer la possibilité d’une intolérance aux protéines de lait de vache. La tentative de réintroduction du lait dans l’alimentation de B. ce week-end n’a pas laissé place aux doutes. Il est bel et bien intolérant au PLV. La bonne nouvelle, c’est qu’après un mois et demi d’éviction complète des PLV, B. n’a plus mal, ne souffre plus de reflux et retrouve presque l’appétit ! Bref, on tourne la page.

Évidemment, en cas de doutes, le mieux c’est d’en parler à votre médecin.

Pour aller plus loin :

–       Les ptits dodos, association d’information et d’échange sur le RGO chez le nourrisson

–       Reflux interne et Allergie, blog de trois mamans confrontés à des problèmes de RGO, allergies et intolérances

Publicités

Une réflexion au sujet de « Reflux : tout ce qu’il faut savoir »

Les commentaires sont fermés.