Prendre leur temps

Lapin Alice

Un post aujourd’hui en réaction à l’émission des Maternelles diffusée vendredi matin. Une émission intitulée : « vie de famille, la valse à mille temps » que je vous encourage à aller regarder en replay, si ce n’est pas déjà fait.
Je suis cette enfant lente à qui on a dit toute son enfance « dépêche-toi », je suis cette jeune femme qui exècre les horaires et vis sans montre. Et pourtant… Je suis cette maman qui ne cesse de supplier ses enfants d’accélérer. Et je ne crois malheureusement pas être un cas isolé.
La question des rythmes revient très souvent au cœur des discussions avec mes amies mamans. Il y a autour de nous des couples avec des horaires décalés, qui travaillent les week-end, tard le soir, tôt le matin et parfois même la nuit. Il y a des cadres et des professions libérales sans horaire, mais pour qui la journée ne s’arrête vraiment jamais. Et puis il y a internet et les smartphones, ces outils des temps modernes qui ne vous laissent que rarement déconnectés. Et les enfants dans tout cela ?
Ici, nous synchronisons nos agendas, nous organisons nos soirées, semaines, mois… Et finalement, nous courons. D’un rendez-vous professionnel à l’autre, d’un mode de garde à l’autre. Bien sûr, à 18 heures, nous nous débranchons jusqu’à ce que nos enfants soient couchés. Bien sûr, le dimanche est réservé. Mais dans quelle mesure tout cela suffit-il ? On a beau privilégier la qualité à la quantité, les laisse-t-on suffisamment prendre leur temps ?
Quand début septembre, B a commencé à me demander sur quel chiffre se trouvait la grande aiguille de l’horloge du salon, j’ai senti son angoisse. Ça fait mal. On fait des efforts. On essaie de le lever suffisamment tôt pour qu’il dispose de ses ¾ d’heure pour petit-déjeuner sans stresser (oui, vous avez bien lu… ¾ heure). On rentre à pied tranquillement le soir, pour pouvoir échanger. Parfois, on reste trainer au square. Parfois, on choisit d’envoyer valser les horaires du soir pour prendre le temps…. D’une discussion, d’un jeu, d’un bain à rallonge, de la préparation d’un bon dîner. Mais cela suffit-il à compenser le rythme effréné imposé le reste de la journée ? Difficile de trouver le juste équilibre entre rythme d’adultes et d’enfants.

Édit : du côté des livres pour enfant sur le thème du temps, B a reçu un super livre sur le sujet en cadeau : « Combien de temps dure un instant ? » de Delphine Guéchot, aux éditions Bilboquet.
Publicités

2 réflexions au sujet de « Prendre leur temps »

  1. C’est vrai qu’on n’arrête pas de les speeder les pauvres. Ici le matin c’est 1h 15 dont on a besoin pour qu’il puisse profiter de son réveil. Et le week-end on essait de ne pas speeder mais moi j’ai du mal c’est un de mes défauts Chéri me le répète assez « cool c’est le week-end » !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.