Un petit prince est né

Prince S

Deux semaines ont passé. Il est temps pour le blog de reprendre du service et de commencer avec la présentation du nouveau venu dans la famille Chroniques de maman… J’ai nommé Prince S, autrement connu depuis 9 mois sous le doux sobriquet de Numérobis.

Le jeune homme était attendu assez tôt, compte-tenu de la tradition familiale. Compte-tenu également de mon état à 8 mois de grossesse. Mais ce petit prince a finalement choisi de s’octroyer un séjour in-utéro prolongé afin de préparer une arrivée royale.

Après 4 jours de faux travail, les choses sérieuses ont finalement commencé la veille de mon terme. Des contractions douloureuses et régulières m’ont réveillée vers 1h du matin. Trente minutes plus tard, j’ai secoué M parce qu’il y avait urgence à trouver une solution de garde pour Little B. Là, je dois vous avouer qu’il y a eu un petit moment de panique à la maison, parce que la baby-sitter n’a jamais décroché son téléphone. Nos voisins étaient partis en vacances quelques heures plus tôt et notre famille la plus proche est à 3 heures de route. Coup de chance cependant, mes parents étaient au bout du fil et m’ont proposé d’arriver pour 5h30. Il fallait donc tenir 4 heures.

Ici, j’ai béni la sophrologie qui m’a vraiment aidé à gérer les contractions. En revanche, pour passer le temps, M et moi avons eu la mauvaise idée de regarder une rediffusion des meilleurs sketches d’Anne Roumanoff. Avez-vous déjà essayé de rire en pleine contraction ? N’essayez pas. Je veux dire, n’essayez VRAIMENT pas.

Une bonne douche plus tard – et B entre de bonnes mains – nous sommes finalement partis pour la maternité. Enfin, nous avons tenté… Parce qu’une fois devant l’entrée, nous avons réalisé que nous étions partis sans mon portefeuille avec carte vitale, carte de mutuelle, carte de groupe sanguin… Ce n’est pas comme si nous avions eu 4 heures pour vérifier que tout était prêt. Bref, appelez-nous boulets ! J’ai préféré en sourire, jusqu’à ce que je réalise que la route était vraiment défoncée, pleine de trous et de bosses… Aïe !!!

Arrivés finalement à 6 heures du matin, une adorable sage-femme me propose une péridurale d’entrée de jeu. Nous allions bien nous entendre ;-). En vrai, j’ai hésité à dire oui, parce que tout cela était encore très gérable. Et puis je me suis dit que je ne voyais pas l’intérêt de jouer les héros. Je ne le savais pas encore, mais j’ai été bien inspirée : c’était le moment ou jamais !

7 heures du matin, péri en place, l’anesthésiste et la sage-femme s’éclipsent pour le changement d’équipe.

8 heures, un sage-femme entre en jeu. Charmant, compétent. Il décide de ne rien nous cacher, pas même les petites contrariétés : « bon, la tête du bébé n’est pas dans le bon sens… On n’aime pas ça, mais mieux vaut le savoir tôt »… Très bien, très bien…

9 heures, retour de notre sage-femme qui trouve que le travail n’avance finalement plus assez vite. Je suis à 5. A 9h20, il m’injecte alors de l’ocytocine pour accélérer un peu les choses. 9h40, je me sens vraiment mal. Une aide-soignante passe par là et appelle aussitôt notre sage-femme. Je suis à 10. « On va s’installer », nous dit-il tranquillement. M, lui, est un peu sonné et répète en boucle : « 20 minutes seulement, nan mais 20 minutes ma femme »… Ce à quoi notre sage-femme rétorque qu’il n’avait « peut-être pas assez insisté sur le terme accélérer », avant de s’éclipser pour aller chercher je-ne-sais-quoi.

9h55, il n’est toujours pas de retour… Contrairement à bébé, bien décidé ! Il s’en suit alors une scène surréaliste durant laquelle je vais répéter à plusieurs reprises : « J’accouche là… Je vous dis que j’accouche !! », tandis que l’aide-soignante jettera un œil avant de partir précipitamment chercher notre sage-femme : « S., la tête est dehors !! ». L’homme reviendra finalement juste à temps pour dégager les épaules. Numérobis est né… pratiquement seul et en douceur !!

Ensuite il y a eu des larmes – de joie, évidemment ! Puis 4 heures de grande douceur pour se découvrir, juste tous les 3. Magique !

Ce jeune homme affiche des mensurations de rêve, avec un joli 3kg370. C’était inespéré ! Physiquement, il est la copie conforme de son grand frère (en un peu plus grand et beaucoup plus gros). Mais la comparaison s’arrête là. Pas de troubles de succion, ni de troubles alimentaires. Ce petit bonhomme très zen se révèle déjà gourmand et réglé comme une horloge. Pour les nuits en revanche, on repassera… Mais il ne faut pas trop en demander non plus ;-).

Il me reste enfin à lever le voile sur son prénom. Un prénom breton, peu courant, à l’image de celui de son grand frère : Soen. Mais ici, ce sera Prince S, en hommage à son arrivée royale et à sa zen attitude. La vie paraît si douce et simple pour ce petit prince !

Prince S

Publicités

9 réflexions au sujet de « Un petit prince est né »

  1. Et voila je n’ai pas pu m’empêcher de sourire (même rire) et d’être émue en lisant ton article. Encore félicitations pour cette naissance pleine de rebondissements. Je sais pas si tu as vu mais je t’ai envoyé un petit mail :). A très vite.

    Aimé par 1 personne

  2. Bienvenue Prince S. ! Hate de te rencontrer enfin depuis le temps que Maman Chérie me parle de toi !!! elle dit que tu es tout beau et qu’elle a envie de te croquer (???… bizarre, ça comme idée!!!). on vous fait tout plein de bisous et à tres tres bientôt!!

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.