Grossesse & travail… Ou le mythe de la poule pondeuse !

Mythe de la poule pondeuseAttention, aujourd’hui, je mords ! Vous voilà prévenus… Je monte au créneau sur le thème grossesse et travail. Parce qu’il semble que pour certains, ces deux notions soient incompatibles.

Je passe rapidement sur ma première expérience de grossesse dans le milieu professionnel… Disons que ce fut… désagréable ! Pour vous donner un bref aperçu, j’ai dû annoncer ma grossesse à mon supérieur direct à trois reprises, lors de trois entretiens différents, en 5 jours, parce qu’il n’était pas certain d’avoir vraiment compris les deux premières fois… Et mon patron m’a ensuite convoquée à trois reprises dans son bureau en l’espace de deux semaines, jusqu’à obtenir un certificat médical de mon gynéco pour attester de mon état. Il avait des doutes… Ambiance ! Je n’en dirais pas plus, si ce n’est que les mois qui ont suivi cette annonce furent relativement compliqués.
Cette fois, c’est une autre histoire… Ce n’est pas avec mes supérieurs et clients que mon ventre rond pose des problèmes. C’est plutôt avec mes interlocuteurs sur le terrain ! Je m’explique :
Depuis un mois et demi, autrement dit, depuis que je ne peux plus vraiment cacher mon ventre, j’ai l’impression lors de mes reportages de ne plus être une journaliste aux yeux de mes interlocuteurs, mais une simple « couveuse ». A croire que pour certains, mon « état » m’empêche de faire quoi que ce soit d’autres… Mes interlocuteurs ne me voient plus que comme un « ventre ».
Il y a pour certains beaucoup de maladresse dans tout cela, qui prête à sourire. Des hommes notamment, qui perdent leurs moyens, ne semblent plus vraiment savoir comment s’adresser à ce ventre et moi, croient obligatoire de faire une référence à mon état… Et finalement, s’emmêlent les pinceaux !
Pour d’autres en revanche, les propos déplacés sont volontaires et assumés… Comme cette attachée de presse, qui au lieu de répondre à ma question hier midi, a rétorqué devant plusieurs témoins : « et sinon, vous en êtes à combien de mois ? ». Comme si une femme enceinte n’était que ventre centrée… Comme si je n’avais plus d’autres sujets de conversation que bébé… Comme si cette référence à mon état suffirait à me faire oublier la raison de notre entretien… Comme si ma grossesse m’empêchait de réfléchir, poser des questions, obtenir des réponses…
 
Pour tous ces gens-là, j’ai un scoop :
le ventre rond ne se développe pas au détriment du cerveau !! En 2014, il serait peut-être temps d’arrêter de considérer une femme enceinte comme une « poule pondeuse » !!
Publicités