Working mum : mère à temps partiel ?

IMG_20131212_071044Lu, vu, entendu, au Spot des e-fluents mums : « les mamans d’aujourd’hui sont des mères à temps partiel, qui cumulent souvent deux temps pleins ou plus »… Tellement vrai !

Lorsque j’ai repris le travail après la naissance de Little B. j’ai voulu vivre trois vies en une. J’arrivais au bureau à 5 heures pour commencer ma vie de journaliste radio. De retour à 12h30, je m’accordais alors deux heures de sieste après le déjeuner avant d’entamer à 16h30 ma deuxième vie… de maman ! Je récupérais bébé chez sa nourrice et m’occupais de lui jusqu’à son coucher à 19 heures passées. Puis j’enchaînais avec ma vie de femme avec M. et gérais les affaires de la maison. Et quand il y avait trop à faire, ma sieste servait de variable d’ajustement pour réguler le quotidien… Trois vies en une… de 4h30 à 22h.

Puis Little B. a eu 1 an, M. a pris un nouveau poste et j’ai quitté une entreprise dans laquelle je ne m’épanouissais plus pour tenter une nouvelle aventure professionnelle. Ce fut la clé. Le moment idéal pour redistribuer les cartes.

Je n’ai pas décidé de déléguer (cela ferait de moi, à tort, une chef de maison). Je dirais plutôt qu’M. et moi avons choisi de partager. Ce ne fut pas simple au début. Il y a eu des tensions. De la fatigue aussi. Mais je crois que nous avons finalement trouvé notre juste équilibre.

J’en fais un peu plus qu’M. parce que j’ai un emploi du temps un peu plus souple, un peu plus light aussi. Mais lui et moi veillons à ce que mon activité professionnelle ne soit pas systématiquement la première sacrifiée.

Il a aussi fallu apprendre à déculpabiliser pour laisser Little B. en garde de 8h30 à 18 heures, bien que je sois à la maison. Accepter qu’M. puisse lui aussi finir à 17h30 certains jours pour aller chercher petit bonhomme chez nounou ou à la crèche. Intégrer surtout que le fait d’avoir un bureau à la maison n’enlève rien au fait que je sois une working mum, avec des impératifs, des dossiers à boucler, un agenda à respecter. Expérimenter le fait que travailler la nuit et gérer le quotidien familial le jour n’est pas viable à long terme. Lâcher et accepter que le repassage soit oublié, les repas de Little B. pas toujours cuisinés de mes mains et les courses parfois gérées au jour le jour. Comprendre que l’égalité homme/femme vaut pour le foyer et que je pouvais compter sur mon working dad. Se dire aussi que la carrière de l’un ne doit pas éclipser les envies de l’autre. Et apprendre enfin à devenir une femme à temps plein qui cumule plusieurs temps partiels… Sans culpabilité !

Publicités

5 réflexions au sujet de « Working mum : mère à temps partiel ? »

  1. Chouette témoignage, super article.
    Ma puce n’est pas encore là que je me demande déjà comment je vais réussir à gérer mes recherches d’emploi tout en n’ayant pas droit à la crèche (eh oui..les chômeurs sont sur le carreau aussi côté crèche, le cercle vicieux quoi) ! Je suis preneuse de toutes les expériences de maman telle que toi 🙂

    J'aime

  2. Super article pour moi qui suis une future maman. Il faut que je commence à me mettre dans la tête que tout ne sera pas parfait au niveau des tâches ménagères mais qu’il ne faudra pas que je culpabilise. Je pense montrer également cet article au papa

    J'aime

  3. C’est vrai que la clé de tout ça est de savoir déculpabiliser ! Maman Chérie passe son temps à répéter « tant pis pour le repassage », « tant pis pour le lave-vaisselle pas vidé », « tant pis pour l’aspirateur pas passé »…. Elle dit qu’il vaut mieux un petit bébé épanoui, un couple détendu et une vie moins stressée qu’une maison parfaitement rangée. Pour le reste, elle s’organise comme elle peut, avec une course permanente pour me déposer chez Nounou le matin, partir travailler, rentrer avant les gros bouchons, pendant que Papa Poule me récupère chez Nounou. Je crois qu’en neuf mois, ils sont parvenus à trouver un bon équilibre….comme vous ! bisous à tous les trois

    J'aime

  4. T’as oublié la vie n°4, celle de blogueuse 🙂
    Je te rejoins complètement sur la notion de déculpabilisation et lâcher prise. Moi aussi j’ai eu (et j’ai toujours parfois) vachement de mal à me dire que le ménage attendra ou telle ou telle chose que je n’ai pas le temps de faire avec les loulous dans les pattes.
    Bisous

    J'aime

Les commentaires sont fermés.