Mauvaise mère

Aujourd’hui, c’est un coup de gueule ! B. et moi avions rendez-vous tôt ce matin à l’hôpital, pour faire passer des examens à B.. Rien d’important, mais ils nécessitaient que B. soit à jeun. Et on peut le dire : cela s’est très, très, très mal passé !

Tout est une longue histoire de patch. Ce dernier est le meilleur ami des mamans qui emmènent faire vacciner leur enfant. Sauf que ce matin, il s’est transformé en mon meilleur ennemi, pour me faire désigner mauvaise mère de l’année !

Persuadée que ce patch anesthésiant a un effet limité à 60 minutes, je l’ai collé sur le bras de mon fils au tout dernier moment, lorsque l’on a passé la porte. Question de mauvaises habitudes, à force de patienter dans le cabinet du pédiatre. Sauf que l’infirmière du jour n’a pas partagé ce point de vue.

Parce qu’en 13 mois de vie de maman, je n’avais manifestement pas intégré que le patch ne fait non pas effet durant 60 minutes, mais après 60 minutes. Ce qui m’a valu non pas une,  mais trois réflexions désobligeantes de l’infirmière, parce qu’il a fallu faire patienter B à jeun. Remarquez, si j’avais mis ce patch plus tôt, j’aurais dû lever B. plus tôt et donc le faire patienter également.

Puis est venu le moment d’enlever le fameux patch… accompagné d’une nouvelle remarque parce qu’il était mal collé ! Ce que je me suis bien gardée de confier alors, c’est que mal réveillée ce matin j’avais confondu la droite et la gauche. Humain, non ?

Et l’apothéose de ce fiasco fut l’examen en lui-même. Parce que B. n’a pas apprécié de rester à jeun durant 1h30, de se voir immobiliser et de se faire planter une aiguille dans le bras. Ce qui a valu une nouvelle remarque de l’infirmière qui trouve B. capricieux. Parce qu’évidemment, un enfant de 13 mois qui pleure parce qu’on le prive de petit déjeuner pour lui mettre une aiguille dans le bras est anormalement colérique…

Bref, j’étais tellement pressée de quitter la pièce que j’ai zappé de vérifier la température du biberon de B. et me suis contentée de le toucher. Ce qui a achevé de fâcher mon infirmière. Enfin… jusqu’à ce que je parte en oubliant l’ordonnance.

Voilà comment un simple patch m’a définitivement rangée dans la catégorie des mauvaises mères !

Publicités