Le petit dictionnaire des mamans du net

Vous pensez qu’une mauvaise mère, c’est une femme qui abandonne son enfant dans un supermarché, ou pire, qui le bat. Vous croyez que le maternage, c’est une façon tendance d’habiller bébé pour cet hiver. Pas de doute, vous êtes une nullipare !

On ne s’énerve pas, il n’y a pas d’insulte dans ce que je viens d’écrire. J’affirme juste que vous n’avez très certainement pas d’enfant. J’ai le droit au grade de primipare depuis la naissance de B. Et si un jour, M. et moi décidions d’agrandir la tribu, j’accèderais à la haute distinction de multipare. Notez ici que cette qualification n’apporte que satisfaction personnelle, et éventuellement une carte famille nombreuse pour les plus courageuses.

Voici maintenant quelques termes et expressions qu’il vous faut maîtriser si vous désirez intégrer l’univers des mamans du net.

Pour commencer, n’appelez pas les services sociaux si une copine se vante d’être une mauvaise mère. Elle n’a très certainement pas jeté bébé du haut des escaliers. Elle essaye juste d’être tendance ! Reconnaître être une mère imparfaite et l’assumer pleinement, c’est une mode qui a débuté par un blog de copines : Mauvaises mères. On apprenait à y faire des mojitos avec un babycook. Puis cela a donné un livre : Mères indignes. Et aujourd’hui, c’est un véritable phénomène.

Les mauvaises mères ont leurs détracteurs… Les adeptes du maternage ! Ces mamans-là sont clairement pro-allaitement, elles pratiquent généralement le co-dodo et préfèrent de loin une écharpe de portage à la poussette.

Entre les deux, la guerre est déclarée. Pourtant, beaucoup se retrouvent sous le terme de « working mum » ou « maman débordée ». Ce sont ces femmes, qui concilient boulot et vie de famille, qui ont découvert qu’être mère, c’est n’avoir n’ont pas deux mais six bras, et qui trouvent qu’une journée ne devrait pas durer 24 mais 72 heures.

Une équation complexe que certaines ont choisi de résoudre en devenant Mampreneur – comprenez ici maman chef d’entreprise et non une nouvelle façon glamour de désigner les femmes au foyer – . Elles ont créé leur boîte pour choisir leurs horaires. Cette option a la côte aujourd’hui ! D’ailleurs, il existe une large communauté qui se retrouve via une association, un blog et un forum.

Si je devais me définir à présent : je suis une primipare, mauvaise mère – personne n’est parfait n’est-ce pas ? -, qui prend conseils auprès des adeptes du maternage, ancienne working mum, qui ne dirait pas non à devenir une mampreneur.

Et vous, quelle maman êtes-vous ?

Publicités